Allianz Global Pension Report 2020

  • Lors des prochaines décennies, les baby-boomers seront très nombreux à partir à la retraite et mettront les systèmes sociaux à rude épreuve.
  • Seuls quelques rares pays ont déjà préparé leurs systèmes de retraite à l’évolution démographique, au premier rang desquels la Suède, la Belgique et le Danemark.
  • Le système de retraite suisse se situe seulement dans le milieu de classement mondial (23e rang)
Wallisellen, le 28 mai 2020 – Allianz a publié son premier «Global Pension Report», qui analyse les systèmes de retraite du monde entier à l’aide de son propre indice: l’«Allianz Pension Index» (API).

L’indice suit une logique simple: il commence par analyser les conditions fondamentales démographiques et budgétaires et examine ensuite les deux principales dimensions de chaque système de retraite: la durabilité et l’adéquation. L’indice repose donc sur trois piliers et prend en compte au total 30 paramètres, qui peuvent avoir des notes allant de 1 à 7, 1 étant la meilleure. Avec la somme pondérée de tous les paramètres, l’API présente pour chacun des 70 pays analysés une note comprise entre 1 et 7 et permet ainsi une évaluation globale de chaque système.

«La démographie et la retraite ont un peu été reléguées au second plan ces dernières années, d’abord par la question climatique, et aujourd’hui par la pandémie du coronavirus», relève Ludovic Subran, chef économiste d’Allianz. «Mais l’évolution démographique reviendra bientôt sur le devant de la scène. Désamorcer la crise des retraites potentielle et instaurer justice et équilibre entre les générations sont des conditions essentielles pour une société stable, qui donne une chance équitable à tous.»

Le caractère dramatique de l’évolution démographique à venir est visible dans le rapport de dépendance[1]: d’ici à 2050, il passera à 25% au niveau mondial, augmentant de 77%, soit plus vite que lors des 70 années précédentes. Dans de nombreux pays en développement, le rapport de dépendance doublera lors des trois prochaines décennies; en Europe et en Amérique, cette évolution a pris plus de deux fois plus de temps. L’exemple le plus connu est celui de la Chine, où le rapport de dépendance devrait passer de 17% à 44%. Dans les pays industrialisés en revanche, c’est surtout sa valeur absolue qui est problématique: en Europe occidentale p. ex., il grimpera à 51%.

 

[1] Part des personnes âgées de 65 ans et plus par rapport à la population active (de 15 à 64 ans). 

Cette évolution se traduit dans le premier pilier de l’API, qui mesure les conditions initiales: marge de manœuvre financière et évolution démographique. «L'une des conséquences de la crise actuelle et de l’endettement qui l’accompagne sera sans aucun doute que nous devrons redoubler d’efforts pour réformer les systèmes de retraite. L’éventuelle marge de manœuvre qui nous restait a irrévocablement été balayée», indique Michaela Grimm, auteure du rapport.

Le deuxième pilier de l’API est la durabilité et mesure la réaction des systèmes à l’évolution démographique. Y a-t-il des stabilisateurs intégrés ou le système va-t-il s’effondrer si un nombre plus faible de payeurs fait face à un nombre toujours plus élevé de bénéficiaires de rentes? Les pays qui lient l’âge de la retraite ou les prestations de rentes à l’espérance de vie ont un système de retraite plus durable que ceux où la poursuite de l’augmentation de l’âge de la retraite est taboue politiquement.

Le troisième pilier de l’API analyse l’adéquation du système des retraites, et donc la question de savoir si le système garantit un niveau de vie approprié à la retraite. Des leviers importants sont à cet égard le taux de couverture, le montant des rentes et enfin l’existence d’un deuxième pilier fonctionnant par capitalisation. Au total, la valeur moyenne pour l’adéquation (3,7) est légèrement plus élevée que celle pour la durabilité (4,0), ce qui montre que nombre de systèmes de retraite accordent une plus grande importance au bien-être de la génération actuelle de retraités qu’à celle des futurs cotisants.

L’association des valeurs des trois piliers donne la valeur totale de l’API: la Suède, la Belgique et le Danemark sont à cet égard les trois pays avec les meilleurs systèmes de retraite au monde (cf. tableau). La Suisse, quant à elle, occupe le 23e rang. En matière d’adéquation (2,4), notre pays se place certes dans le top 5 mondial, notamment grâce à la large diffusion de la retraite étatique, au régime professionnel de retraite exemplaire et au niveau élevé de l’épargne. Pour la durabilité toutefois, la Suisse est nettement à la traîne
(4,7 points, 63e rang). Un âge de la retraite relativement bas et l’absence du facteur démographique dans la formule des retraites sont ici les deux principaux points faibles. Compte tenu du vieillissement rapide de la société suisse – le rapport de dépendance passera à 50% dans les trois prochaines décennies –, la Suisse ne devrait plus échapper très longtemps à un débat honnête sur les retraites. Après le coronavirus, le sujet est en tête des priorités à inscrire à l’ordre du jour politique. 

Faites glisser pour voir plus

Pays

Rang

Valeur totale

Conditions initiales (valeur)

Durabilité
(valeur)

Adéquation
(valeur)

Suède

1

2,9

3,4

3,0

2,6

Belgique

2

2,9

4,3

2,9

2,3

Danemark

3

3,0

3,3

3,2

2,5

Nouvelle-Zélande

4

3,0

3,5

3,8

1,9

États-Unis

5

3,0

3,1

3,3

2,8

Australie

6

3,1

3,0

3,3

3,0

Pays-Bas

7

3,1

4,0

3,9

2,0

Norvège

8

3,2

3,3

3,9

2,4

Bulgarie

9

3,2

3,8

2,7

3,3

Canada

10

3,2

3,4

3,8

2,6

 

 

 

 

 

Suisse

23

3,5

4,2

4,7

2,0

VOS INTERLOCUTEURS
Hans-Peter Nehmer
Responsable Communication d’entreprise
Bernd de Wall
Senior Spokesperson
RESTEZ À JOUR
Mail
Abonnez-vous à nos communiqués de presse. Nous vous informerons régulièrement des actualités d’Allianz Suisse.
 
S'abonner
Twitter
Suivez Allianz Suisse sur Twitter à @AllianzSuisse. ci, vous obtenez un aperçu exclusif de tout ce qui nous anime.
 
Vers Twitter
À PROPOS DU GROUPE ALLIANZ SUISSE

Avec un volume de primes de plus de 3,6 milliards de francs, le groupe Allianz Suisse est l’une des principales sociétés d’assurances de Suisse. Font notamment partie du groupe Allianz Suisse Société d’Assurances SA, Allianz Suisse Société d’Assurances sur la Vie SA, la CAP Compagnie d’Assurance de Protection Juridique SA et Quality1 AG. Le coeur de métier du groupe Allianz Suisse englobe l’assurance, la prévoyance et la gestion de fortune. Allianz Suisse emploie quelque 3600 collaborateurs et fait partie du groupe international Allianz, présent sur tous les continents, dans plus de 70 pays. En 2013, le groupe Allianz a été reconnu comme Super Sector Leader du Dow Jones Sustainability Index (DJSI). Depuis l’an 2000, l’entreprise est très bien placée dans cet indice de durabilité mondialement suivi.

En Suisse, plus d’un million de clients privés et plus de 100 000 entreprises font confiance à Allianz Suisse, à chacune des étapes de leur vie et de leur développement, pour les prestations de conseil ainsi que leurs couvertures d’assurance et de prévoyance. La densité de son réseau de près de 120 agences lui permet d’être proche de ses clients dans toutes les régions du pays.

Allianz Suisse est partenaire officiel de la Croix-Rouge suisse, de Swiss Paralympic et du Swiss Economic Forum (SEF). Par ailleurs, elle est sponsor principal de la Journée du cinéma Allianz qui a lieu dans toute la Suisse, et a également donné son nom aux manifestations Allianz Cinema à Zurich, Bâle et Lausanne.

Suivez-nous