Warning: You are using an outdated Browser, Please switch to a more modern browser such as Chrome, Firefox or Microsoft Edge.

  

Risk Barometer 2021.
Les principaux risques 
commerciaux pour les entreprises suisses.

  • L’Allianz Risk Barometer présente les principaux risques auxquels sont exposés les entreprises.
  • En Suisse, les interruptions d’exploitation, les cyberincidents et les pandémies arrivent en tête.
  • Trois catégories de risques qui sont étroitement liées.

Le Risk Barometer d’Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS) examine chaque année les principaux risques d’entreprise dans le monde. Quelque 2800 experts issus de 92 pays participent à l’enquête. Découvrez ici quels sont les risques qui sont particulièrement préoccupants pour les entreprises suisses en 2021.

En Suisse, les interruptions d’exploitation et les cyberincidents restent les deux risques commerciaux les plus fréquemment cités en 2021. Le fait que la crainte d’une pandémie arrive pour la première fois en troisième position n’est guère surprenant au vu de la crise due au Covid-19 que nous traversons. Ces trois principaux risques sont en outre étroitement liés et montrent la vulnérabilité d’une économie de plus en plus digitalisée, comme le souligne Joachim Müller, CEO d’AGCS: «La pandémie de coronavirus nous rappelle que la gestion des risques et la gestion de la continuité des affaires doivent évoluer.»

Mais ce n’est pas tout: les changements juridiques relatifs à l’environnement économique sont également une source d’inquiétude pour les entreprises. Ces incertitudes, causées par les guerres commerciales, les tarifs douaniers, les sanctions économiques ou le Brexit, se classent cette année au quatrième rang des risques pour les entreprises en Suisse. Les préoccupations liées au changement climatique font leur apparition dans le top 10.

Après un bref passage à la deuxième place des risques pour les entreprises en Suisse l’année dernière, les interruptions d’exploitation se retrouvent à nouveau en tête du Risk Barometer cette année. La pandémie de coronavirus, qui a entraîné des pertes de chiffre d’affaires massives pour les entreprises du monde entier, en est probablement, là aussi, la principale explication. Afin de se protéger contre les interruptions d’exploitation, la plupart des entrepreneurs interrogés souhaitent donc rendre leurs processus d’exploitation moins vulnérables: l’amélioration de la gestion de la continuité figure en tête de liste des mesures prévues par les entreprises suisses, suivie de près par la recherche de fournisseurs supplémentaires et la digitalisation des chaînes d’approvisionnement.

Outre les risques classiques, tels que les incendies et les catastrophes naturelles, les pannes informatiques, les rappels de produit, les problèmes de qualité ou la pollution de l’environnement causent aussi fréquemment des arrêts de production Autre constat frappant dans ce cadre: les liens entre cyberrisques et risques d’interruption d’exploitation sont de plus en plus étroits,, car les attaques de rançongiciels et les pannes informatiques provoquent rapidement une paralysie de la production ou des services.

Scandales de données, pannes informatiques généralisées et introduction de réglementations plus strictes en matière de protection des données: les cyberrisques étaient déjà des préoccupations grandissantes des entreprises suisses avant la pandémie. Jens Krickhahn, Practice Leader Cyber, AGCS Europe centrale et Europe de l’Est, le confirme: «Nous sommes arrivés à un stade où les entreprises considèrent les cyberrisques comme tout aussi importants que les risques traditionnels.» Et si la crise du coronavirus favorise l’acceptation du télétravail et fait progresser la digitalisation dans le monde entier, les entreprises sont, elles, de plus en plus vulnérables aux cyberattaques. Interpol rapporte ainsi qu’un nombre croissant de malfaiteurs ont profité de la crise sanitaire l’année dernière pour commettre des attaques à l’aide de logiciels malveillants et de rançongiciels.

Par ailleurs, d’autres incidents de phishing et de fraude ont également connu une augmentation de 50%, les criminels ciblant les entreprises avec des méthodes de plus en plus innovantes de vol de données, de fraude en ligne ou de cyberchantage. À cet égard, les assureurs sont des partenaires particulièrement importants dans la mesure où ils offrent un soutien dans l’analyse des risques et fournissent des produits de protection. Il y a quelque temps, Allianz Suisse a, par exemple, complété Cyber Risk, son assurance pour les PME par le module de couverture
«Cyber Crime – Social Engineering». Cette assurance inclut désormais les dommages dus à l’escroquerie au moyen d’instructions ou de factures falsifiés.

Adam, Senior Segmentmanager Unternehmen, Allianz Suisse
Adam
Gestionnaire de segment Senior Entreprises
Adam travaille dans le secteur des assurances depuis plus de 10 ans. C'est un professionnel des questions concernant les entreprises clientes - dans le secteur Vie et Non-vie. Lorsqu'il ne pratique pas les arts martiaux, Adam travaille sur Master in Insurance Management.
L’assurance optimale pour vous? 
Nous la trouverons ensemble lors d’un entretien personnel.
CELA POURRAIT AUSSI VOUS INTÉRESSER
De quoi faut-il tenir compte lorsqu’un(e) collaborateur/trice est victime d’un accident ou d’une grave maladie pendant un délai de congé? Nous vous disons tout.
Pour les entreprises disposant de flottes de véhicules, l’inattention au volant est un vrai problème. La prévention est donc le mot d’ordre pour éviter les dommages.
Le réseautage croissant de l’économie rend les entreprises plus vulnérables aux cyberattaques.
Suivez-nous