Inébranlable: notre assurance tremblements de terre 

Tout à coup, le sol se met en bouger. Une étagère se renverse. Les murs tremblent. Des maisons s’effondrent. Un tremblement de terre est souvent associé à une catastrophe dans des pays lointains, tels que l’Indonésie ou le Japon. Pourtant, la Suisse enregistre régulièrement des secousses.

Quelles peuvent être les conséquences d’un violent séisme? Une assurance tremblements de terre est-elle véritablement utile? Bruno Spicher, responsable Réassurances chez Allianz Suisse, répond à ces questions.

Monsieur Spicher, quelle est la probabilité d’un violent tremblement de terre en Suisse?

Bruno Spicher: En Suisse, le dernier grand tremblement de terre s’est produit en 1946. Il avait alors causé des dommages qui s’élèveraient aujourd’hui à plusieurs milliards de francs. Même si cela remonte à plus de 70 ans, il ne faut pas sous-estimer la probabilité d’un événement similaire. Le Service Sismologique Suisse enregistre chaque année plus de 500 secousses. Début mars 2017, un séisme de magnitude 4,6 sur l’échelle de Richter a touché le canton de Schwytz.

Pourquoi des secousses se produisent-elles régulièrement en Suisse?

Bruno Spicher: Le processus à l’origine de la formation des Alpes est également responsable de l’activité sismique en Suisse. Les tremblements de terre que nous observons ici découlent de la collision des plaques tectoniques européenne et africaine.

Ces dernières années, les tremblements de terre n’ont occasionné que des dommages mineurs en Suisse. Quel risque courent donc les entreprises?

Bruno Spicher: Le risque est considérable pour les grandes entreprises et les fournisseurs d’hypothèques, c’est-à-dire les fonds immobiliers, les caisses de pension, les banques ou les coopératives de construction, car un violent séisme pourrait leur faire perdre d’un coup plusieurs centaines de logements qui servent de garanties. De plus, les débiteurs pourraient ne plus être en mesure de rembourser leur hypothèque en raison des dommages subis par les bâtiments.

L’assurance bâtiment ne couvre-t-elle pas les dommages dus à un tremblement de terre?

Bruno Spicher: En Suisse, aucune réglementation claire ne précise qui indemnise les propriétaires fonciers et à quelle hauteur. Il est peu probable que l’assurance bâtiment paie, car très peu d’immeubles sont couverts contre les séismes. Seul le canton de Zurich impose légalement une assurance tremblements de terre dans le cadre de l’assurance bâtiment.

Quelles conséquences aurait un violent séisme pour les propriétaires fonciers?

Bruno Spicher: Les dégâts seraient considérables en cas de séisme similaire à celui de 1946. Ils pourraient se traduire par une perte totale pour certains propriétaires fonciers. S’ils devaient ne pas être assurés, ces derniers perdraient leurs fonds propres et ne pourraient pas rembourser l’hypothèque qui leur a été accordée.

Malgré la possibilité réelle d’un tremblement de terre, les cyberattaques semblent actuellement susciter davantage de craintes au sein de la population. Comment l’expliquez-vous?

Bruno Spicher: Les conséquences d’un tremblement de terre en Amérique centrale ou en Asie qui sont présentées à la télévision sont certes tangibles, mais très éloignées. C’est exactement l’inverse pour les cyberattaques. On estime que le danger est réel, mais il n’est guère palpable, d’où une certaine insécurité. Il est donc important d’être bien couvert dans les deux cas. Un tremblement de terre est la catastrophe naturelle affichant le potentiel de dommages le plus élevé en Suisse. Pourtant, seuls quelque 5% des bâtiments y sont couverts contre ce danger. Non seulement les propriétaires fonciers, mais également l’économie dans son ensemble, prennent dès lors un risque très élevé, et la plupart n’en ont même pas conscience.

Pas besoin du pire des scénarios pour que votre logement soit mis à mal. De brèves secousses suffisent pour provoquer des fissures dans les murs. Ou bien un problème de statique. Notre protection contre les tremblements de terre pour les particuliers couvre les coûts des dommages en résultant. Elle prend également en charge les pertes de revenus locatifs et les frais de déblaiement. 

À la suite d’un tremblement de terre, le sol s’effondre et entraîne une précieuse machine dans son sillage. Ou l’entrepôt s’écroule sur vos stocks. En tant qu’entreprise, vous avez la possibilité d’assurer en plus votre inventaire et les frais consécutifs. La couverture s’applique même en cas d’interruption d’exploitation par suite d’un séisme. Notre assurance tremblements de terre garantit la continuité de votre entreprise, et ce, jusqu’à la reprise totale. Vous pouvez inclure l’assurance tremblements de terre dans notre protection globale compacte CombiRisk Business ou dans l’assurance complète de choses et pertes d’exploitation All Risks

Prestations incluses

  • Couverture à la valeur à neuf et jusqu’à la somme d’assurance convenue en amont
  • Pas de limite: l’indemnisation ne peut être réduite
  • Pas d’intensité minimale pour le tremblement de terre. Les dommages causés par des événements de faible intensité sont également couverts
  • Couverture des dommages consécutifs à une planification ou à une exécution des travaux défectueuse et/ou au non-respect des normes sismiques de construction de la SIA
L’assurance optimale pour vous? 
Nous la trouverons ensemble lors d’un entretien personnel.
CELA POURRAIT AUSSI VOUS INTÉRESSER
Les chevaux de Troie chiffrant les données constituent l’un des principaux risques pour les sociétés. Voici comment les petites et moyennes entreprises peuvent se protéger.
Une petite interruption peut souvent être lourde de conséquences. Une bonne préparation permet à votre entreprise de continuer sur sa lancée.
L’Allianz Risk Barometer 2017 montre l’importance croissante des cyberrisques pour les entreprises. Voici cinq enseignements que les décideurs devraient méditer. 
Suivez-nous