Interview avec Reto Hässig,
conseiller à la clientèle

 
«En plus de la confiance et de la présentation professionnelle, les compétences techniques sont le principal dans notre métier. Chez Allianz Suisse, nous avons un très bon système de formation, qui permet d’avancer très vite. Et puis il y a des chefs de vente qui nous soutiennent et qui peuvent aussi nous accompagner au début lors des rendez-vous chez les clients.»

L’organisation de la journée était aussi une nouveauté pour le conseiller à la clientèle: au service externe, on travaille souvent le soir. Et séparer vie professionnelle et vie privée n’est pas toujours facile. Chez ses amis et ses proches, Reto Hässig est généralement la première personne à laquelle on s’adresse pour les questions d’assurance. D’un côté, c’est le but de tout conseiller à la clientèle, et d’un autre côté, cela demande beaucoup de discipline pour sortir aussi de temps en temps les discussions du cadre professionnel.

«Dans les affaires d’assurance, la journée s’organise différemment et il ne faut pas le prendre à la légère. Faire un peu la grasse matinée ou rentrer régulièrement chez soi à 17 h, ça n’est pas possible, sinon la réussite ne sera pas au rendez-vous. Je dois m’occuper activement de mes clients et dans cette activité, on ne se base pas sur des horaires d’ouverture, mais sur les besoins du client.»

Et c’est justement la variété des besoins des clients qui rend le métier de collaborateur du service externe si passionnant. Le facteur humain est comme un fil rouge dans la carrière de Reto Hässig et il aime élaborer des solutions personnalisées pour ses clients et avec eux, et remplir ainsi petit à petit son fichier de clients.

«La manière la plus simple pour élargir son portefeuille, c’est d’être recommandé par des clients actuels. Mais l’environnement privé et l’engagement dans des associations aident aussi; je fais ainsi partie du comité du club de football et de l’association commerciale communale. Même si ce travail associatif n’est pas la garantie de nouvelles affaires, il y a toujours des liens qui se créent. Mon but est que les personnes associe toujours les questions d’assurances à mon nom.»

L’instauration de la confiance et l’entretien des relations sont importants. En effet, la concurrence entre assurances est de taille.

«Dans la vallée de la Limmat, la concurrence est grande. Et même au sein des agences générales ou par rapport à d’autres agences du pays, il y a une compétition. Car dans ce classement, on préfère toujours être dans le premier tiers. En plus de mettre du cœur à l’ouvrage, c’est une motivation supplémentaire pour réaliser des performances hors normes.»

Conseiller à la clientèle à l’AG Beat Weilenmann, à Dietikon

Reto Hässig est né et a grandi dans la vallée de la Limmat. Avant d’exercer son activité chez Allianz Suisse, il a travaillé dans une grande banque. Il y a un point commun entre les deux: le contact humain. Reto Hässig voit donc aussi la capacité à communiquer et à aller à la rencontre des gens comme une condition de base pour travailler au service externe. Passer du monde des banques à celui des assurances lui a été facile, même si la matière était entièrement nouvelle.

Sales Talent Network
S’inscrire et rester en contact avec nous: pour recevoir des informations sur des postes, des événements et des nouveautés.
 
S'inscrire
Marché du travail
Offres d’emploi pour les novices et les experts de l’assurance.
 
Offres d’emploi
A DECOUVRIR EGALEMENT
Interview avec Sanel Mustedanagic
Le chef de vente de l’agence générale Thomas M. Bergamin de Sargans explique dans une interview, pourquoi il a de la chance de pouvoir vendre de la sécurité.
Interview avec Sven Ricklin
Le chef de vente de l'agence générale Gerhard Vogt de Rapperswil-Jona explique pourquoi son rôle est de montrer l'exemple.
Interview avec Geza & André Scholtz
Les deux kitesurfeurs de l’extrême et ambassadeurs d’Allianz expliquent dans une interview les points communs entre le kitesurf et le service externe d’Allianz.
Suivez-nous