Navigation principale Retour

Une interruption d’exploitation peut mettre en péril l’existence d’une entreprise.

Beaucoup de sociétés ignorent où sont les points faibles dans leur chaîne de production.

Une analyse des risques permet d’y remédier.

Interruptions d’exploitation: mieux vaut prévenir
que guérir, même pour une entreprise

L’indisponibilité d’une pièce de rechange pour une machine, l’absence d’un collaborateur important pour cause de maladie ou une grève chez un fournisseur sont autant de facteurs susceptibles d’entraîner l’arrêt de la production. Et ce scénario catastrophe peut vite devenir réalité si une chaîne d’approvisionnement complexe présente de fortes dépendances ou en cas de production «just in time» ou d’échange de données numériques.

Depuis plusieurs années, l’Allianz Risk Barometer, une étude réalisée auprès de plus de 1000 professionnels du risque dans 55 pays, montre clairement que les entreprises du monde entier redoutent principalement une interruption d’exploitation. Or beaucoup d’entre elles ignorent quels postes de leur processus de production présentent un risque particulier en la matière.

Isabelle Güttinger, spécialiste des interruptions d’exploitation et de la gestion de la continuité des affaires chez Allianz Suisse, aide à résoudre ce problème. Avec ses collègues, elle sensibilise les entreprises pour que celles-ci agissent avant un arrêt de la production.

 

Isabelle Güttinger

Allianz - Isabelle Guettinger

Conseillère en interruptions d’exploitation et Business Continuity Management chez Allianz Suisse.

«Un fournisseur indispensable à la fabrication d’un produit peut représenter un risque»

 

«De nombreuses sociétés n’ont pas examiné en détail les événements pouvant se traduire par une interruption d’exploitation. Dans le cadre d’un atelier, nous analysons donc leurs dépendances internes et externes, puis leurs risques, que ceux-ci soient assurables ou non», précise la spécialiste.

Cette offre est évolutive: une check-list répertoriant les principaux points permet souvent aux petites entreprises de se préparer au pire, alors que les grandes entreprises ont généralement besoin de conseils plus approfondis dispensés par des professionnels du risque.

Allianz - Interruptions d’exploitation

Selon Isabelle Güttinger, il faut avant tout identifier les processus, les fournisseurs et les moyens de production dont la défaillance pourrait paralyser une grande partie de la production. Ce sont les «principaux éléments à risque» de la chaîne de création de valeur. «Il peut s’agir, par exemple, d’un collaborateur spécialisé qui est le seul à connaître parfaitement une machine très perfectionnée ou d’un fournisseur indispensable à la fabrication d’un produit.»

Isabelle Güttinger essaie surtout d’apporter aux entreprises la réponse à deux questions: comment limiter autant que possible l’impact d’un dommage et comment réduire autant que possible la durée d’une interruption d’exploitation?

 

«Nous avons déjà vu des concurrents s’entraider pour surmonter une pénurie»

 

La spécialiste élabore les scénarios des interruptions d’exploitation éventuelles et, avec les clients, les propositions pour y remédier. «Il est évidemment très improbable que le scénario simulé lors de l’analyse soit justement celui qui survienne, mais les réflexions correspondantes permettent de réagir plus rapidement en cas de besoin.» 

De nombreuses entreprises sont certes assurées contre une interruption d’exploitation, mais cette couverture ne suffit pas à elle seule, car elle déploie ses effets uniquement après une interruption due à un dommage matériel assuré.

«Une paralysie de la production liée, par exemple, à une grève chez un fournisseur important n’est généralement pas couverte, car il ne s’agit pas d’un dommage matériel», explique Isabelle Güttinger.

Dans de telles situations, créativité et flexibilité sont de mise: «Nous avons déjà vu des concurrents s’entraider pour surmonter une pénurie, mais cela devrait avoir été discuté au préalable», précise-t-elle. Il faudrait être couvert d’un point de vue actuariel tout en disposant d’un plan B en cas de besoin afin que le travail se poursuive quoi qu’il arrive.

 

Télécharger cet article au format PDF

 

Les entreprises face au chantage informatique

Les rançongiciels représentent actuellement l’un des principaux cyberrisques pour les entreprises.

Cyberrisques: cinq enseignements tirés du Risk Barometer

L’Allianz Risk Barometer 2017 montre l’importance croissante des cyberrisques pour les entreprises.

Sept conseils pour exporter vers les pays émergents

Les marchés émergents offrent des opportunités, mais les livraisons sur place ne sont pas sans danger.  

RETROUVEZ-NOUS